Le Vieil Homme et la Mer de Ernest Hemingway

Publié le par Sharkie343

Éditions Le Livre de Poche 1965. 179 pages.

 

Le roman met en scène deux personnages principaux : Santiago, un vieux pêcheur pauvre, et Manolin, jeune garçon tendre. L’histoire se déroule à Cuba, dans un petit port près du Gulf Stream.

Manolin accompagne Santiago à la pêche, mais ils n’ont rien pris depuis 84 jours. Les parents de Manolin qui trouvent que Santiago est « salao » ou « salado », c'est-à-dire malchanceux, décident qu’il embarquera sur un autre bateau, celui-ci ramène en effet trois grosses prises en une semaine!

Chaque soir Manolin voit le vieux revenir bredouille, cela lui cause une grande tristesse, il l’aide à remonter la barque, les lignes et le harpon. La voile, usée et rapiécée, roulée autour du mât, figure le drapeau en berne de la défaite. Le jeune garçon lui trouve de quoi manger et prend soin de lui, il a peur de le voir « partir », il n’est pas question de pitié, mais d’amour et de respect.

________

 

Si au départ, j'ai pensé que l'histoire ne menerait à rien et qu'elle ne méritait pas sa renommée, je me suis fourée le doigt dans l'oeil. Si également, j'avais trouvé étrange le fait qu'il n'y ait pas de chapitres, je me suis seulement rendu compte que cela apportait plus de fluidité au récit dont Hemingway faisait déjà couler comme de l'eau de roches grâce à son écriture.

 

Cet homme qui a un style bien à lui qui nous transporte, qui nous fait imaginer, voyager, m'a charmé. Je n'aurais pas été étonnée de sentir les effluves de la mer me monter aux narines tant je m'y croyais. J'étais même éblouie par la beauté des descriptions. D'ailleurs, j'ai déjà été à Cuba et mes souvenirs n'égalisent même pas ce que j'ai lu. Sinon, j'ai aussi ressenti ce que le vieil homme éprouvait : j'en étais à me poser la même question que lui, pourquoi a-t-il eu l'idée de se lancer à la poursuite de ce poisson? J'ai passé par le sentiment de fatigue intense au regret et toutes les fois, j'ai resté surprise par la tenacité du pêcheur. Il est peut-être bien un vieil homme, mais il en est un grand également et un fort. On voit sans trop en parler le passé de celui-ci qui doit en avoir vu de toutes les couleurs dans cette petite barque. Barque plutôt modeste, à l'instar de la cabane qui lui sert de maison, mais qui réussit à transparaître accueillant et chaleureux. Vraiment, Ernest Emingway démontre élégament Cuba et non uniquement par ses paysages, mais par son coté humain qui resplendit. Du moins, ce n'est pas non plus une exploration d'un pays, ce n'est qu'un petit voyage d'un homme qui se confond dans la masse mais qui est attachant, le jeune garçon représente bien l'affection que l'on peut éprouver pour lui.

 

Pour les personnages environnants, ceux-ci ne sont pas impressionnants. Même le jeune que j'ai évoqué me semble banal ( ce n'est pas le terme exact, mais je ne sais pas par quoi le décrire). Comme quoi, le clou de ce roman n'est pas vraiment l'action, sinon, celle de la nature. Le poisson m'a paru plus digne d'intérêt que les humains - excepté le vieil homme. Bref, ce livre donne l'occasion de réfléchir calmement parce que ce qui est mis en évidence est plutôt la philosophie de cet homme patient, je me trompe?

 

Je crois que ce dont je parle ici est alors un conte indémodable. Un conte qu'on ne peut reprocher grand chose. Bien sûr, la longueur pourrait être considéré comme décevante, disons trop courte, mais à la fois, parfaite. Toutefois, je pourrais rammener le fait que le seul verbe de parole est dire et que ça m'a un peu déçu d'avoir si peu de variations tandis que tout l'oeuvre prouvait que l'auteur ne manquait pas de mots.

 

Au final, cette lecture envers laquelle je n'avais aucune attente a été une bonne révélation. Je suis très satisfaite d'avoir reglisser ce titre dans mon challenge ABC. Justement, c'est ma première lecture pour ce défi cette année et on peut dire que ça commence très bien!

 

Commenter cet article

Victorias-books 27/01/2012 03:42

J'ai lu une citation de cet auteur, il me semble que c'était lui, et depuis ce temps j'ai toujours eu envie de lire un livre de lui.. La citation c'était "Les avions c'est comme les teenagers, on
entend parler d'eux que s'ils s'écrasent en catastrophes." Bref, quels livres me conseilles-tu de lui ? Réponds-moi sur mon blog stp, sinon je risque de pas passer à revenir voir ta réponse..