L'Ami Retrouvé de Fred Uhlman

Publié le par Sharkie343

Éditions Folio (Plus Classiques) 2005. 191 pages.

http://www.images-chapitre.com/ima3/original/862/160862_2693275.jpg

 

Agé de seize ans, Hans Schwarz, fils unique d'un médecin juif, fréquente le lycée de Stuttgart. Il est encore seul et sans ami véritable lorsque l'arrivée dans sa classe d'un garçon d'une famille protestante d'illustre ascendance lui permet de réaliser son exigeant idéal de l'amitié, tel que le lui fait concevoir l'exaltation romantique qui est souvent le propre de l'adolescence.


C'est en 1932 qu'a lieu cette rencontre, qui sera de courte durée, les troubles déclenchés par la venue de Hitler ayant fini par gagner la paisible ville de Stuttgart. Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l'envoyer en Amérique, où il fera sa carrière et s'efforcera de rayer de sa vie et d'oublier l'enfer de son passé. Ce passé qui se rappellera un jour à lui de façon tragique.

 

________

 

Des noms de famille commençant par U, il n'y en a pas des tonnes. Alors, si j'ai eu ce livre entre les mains, c'est grâce à mon challenge ABC pour combler un vide. Je ne comptais même pas vraiment le lire, mais je l'ai vu par hasard à la bibliothèque. Et voilà que j'ai découvert un livre qui m'a fait vibrer, une révélation.

 

Fred Uhlman s'est peut-être improvisé auteur comme il s'était improvisé peintre, mais ce que j'ai lu là était l'écrit d'un homme talentueux. Le peu de page que contient ce récit est d'une richesse exquise. C'est comme si chaque paysage évoqué était aussi beau que la toile d'un grand maître. Et comme si chaque chapitre pourrait être mêlé à une autre grande oeuvre classique allemande. Ce point-ci a emmené des tonnes de notes de bas de pages dans l'exemplaire que j'avais, parfois prenant jusqu'à une demi-page. En tout cas, si les éditeurs avait  peur que leurs lecteurs ne comprennent pas, je peux maintenant leur assurer qu'ils ont réussi leur mission ;)

 

Ce qui est certain aussi, c'est que L'Ami Retrouvé est un roman qui accroche subtilement. Dès le départ, on nous habitue à un personnage assez posé donc à un univers ressemblant. Tranquillement, je me suis représentée en lui à force de voir par ses yeux, mais aussi à cause de ses interrogations qu'on s'est tous posé un jour. Puis, à l'arrivée de Conrad, probablement que normalement j'aurais trouvé un petit peu étrange toute cette fascination envers lui, mais non. Je me répète, mais étant attachée à Hans, je me suis rapidement attachée à sa «conquête» tout comme lui. Et à partir de l'instant où les deux jeunes hommes se rencontrent pour de bon, c'est le coup de foudre autant entre eux deux que pour le public. La genèse de cette amitié m'a tout de suite interpellé en me disant que ce serait touchant. Je ne me suis pas trompée, maintenant que j'ai terminé le livre, j'irais jusqu'à dire que cette amitié est plus belle que n'importe quelle histoire d'amour. Et nous avons la chance de pouvoir nous immiscer dans leur monde intime. Et la suptilité que j'avais évoquée entre en jeu, parce qu'il n'y a pas vraiment de gros conflits ici, c'est vraiment tranquillement qu'on ressent les émotions sans vraiment sans rendre compte. Cela fait encore plus effet quand on n'interrompt  pas sa lecture.

 

Cependant, la 2e guerre mondiale n'est ici qu'une toile de fond ce qui pourrait être un point négatif pour certains. N'empêche que l'histoire ne serait rien sans l'évènement en question. D'ailleurs, la conclusion est rudement liée et la dernière phrase en particulier m'a monté les larmes aux yeux.

 

Sinon facultativement, la collection FolioPlus Classiques a apposé un dossier explicatif pour les collégiens à la suite de cette presque nouvelle. Ce dossier m'a étonné car, il est vraiment intéressant. Les grandes lignes sont la vie de l'auteur, des comparaisons avec d'autres oeuvres (avec pleins d'extraits pour notre plus grand plaisir), le volet autobiographie imaginaire et finalement - ce qui m'a le plus captivé - la photo de la couverture (je n'aurais jamais pensé qu'il pourrait se cacher autant de mystère dans cette photo qu'on compare même à la Mona Lisa).

 

J'espère que le hasard me fera tomber sur La Lettre de Conrad parce que je serais triste de ne plus jamais retrouver cette relation qui m'a ému.

Publié dans Littérature anglaise

Commenter cet article

Noémie.W 03/06/2012 20:01

En effet, c'est une critique très enjouée!! C'est bien que ça t'ai autant plu :)