Hell.com de Patrick Sénécal

Publié le par Sharkie343

Éditions Alire (Polar/Noir) 2010. 557 pages.

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv35149207.jpg

«Monsieur Saul, nous vous souhaitons la bienvenue parmi notre groupe sélect. Sachez que l’enfer est partout et qu’il accueille deux classes de résidents : les démons et les damnés. La grande majorité des humains font partie de la seconde classe ; seuls les privilégiés comme vous appartiennent à la première. Et en enfer, les démons ont tous les droits. »
Depuis qu’il a pris la tête de la société immobilière de son père, Daniel Saul est devenu l’un des hommes d’affaires les plus riches du Québec. Dans la jeune quarantaine, beau, fonceur, intelligent et sans pitié pour la concurrence et les losers, Daniel a tout pour lui et ne se gêne pas pour prendre le reste.
Quand Martin Charron, un financier et ancien confrère de collège, lui propose de devenir membre de Hell.com, un site Internet secret où tout – mais vraiment tout ! – est possible pour ceux qui le fréquentent, Daniel sait qu’il ne pourra refuser de s’inscrire. N’est-il pas un « puissant de ce monde », comme son père l’a été avant lui et comme Simon, son fils adolescent dont il a la garde exclusive, le deviendra à son tour ?
Or, ce que Daniel Saul a oublié, c’est qu’on ne monte jamais aux enfers, on y descend ! Et leur profondeur, qui est abyssale, n’aura bientôt d’égale que celle de son désespoir!»

 

________

 

 

On peut considérer que j'ai lu ce livre en cachette, car ma mère étant une grande lectrice comme moi, l'avait lu avant. Je n'ai que 14 ans et c'est assez sex and rock'n'roll... Ça m'a fait un peu rire de voir que le livre débutait en parlant de club échangiste parce que je me suis dit immédiatement : «J'aurais peut-être fait mieux de l'écouter», mais je ne regrette en rien ma lecture - surtout que progressivement, c'est adieu le sexe, salut la violence-, c'est du grand Sénécal encore une fois. Je me demande simplement si Aliss est pire que ce dernier, je le lirais un jour aussi, en cachette ou pas. En tout cas, je resterais surprise que les deux tomes de Le Vide que j'ai dans ma PAL le soit.

 

Évidemment ce livre ne convient pas à tout le monde, les coeurs sensibles doivent s'en tenir loin. Ce polar est proche du roman d'horreur tant certains passages sont horribles. Franchement, juste un univers sado-maso c'est dépaysant, mais là, c'est débordant de trucs inimaginables. Je suis resté bouche-bée à plusieurs reprises pendant ma lecture, disons que j'avais de drôles d'expressions faciales par moment. Je n'ai pas pour autant été catégoriquement choquée, non plus pour l'immoralité d'une partie des choses, j'étais simplement trop absorbée, car oui, j'ai dévoré cette brique.

 

Au fond Hell.com, c'est un scénario complexe où aucun détail n'est laissé pour compte. Tout s'emboîte à la perfection jusqu'à nous emmener en Europe! Mais pour commencer, on rencontre Daniel - un riche homme d'affaire - qui semble connaître l'exacte définition de pouvoir, il se trompe. À ses retrouvailles avec un ancien looser de son école qui lui propose une entente bénéfique à son entreprise, il s'enclenche une série de rouages qui l'amènera dans un enfer. Déjà qu'à la base, notre personnage principal avait déjà de la difficulté avec son fils, cela est un coup dur. Puis, tranquillement, ça devient un coup dur dans tous les domaines. On le voit perdre le contrôle de sa vie professionnelle par exemple. D'ailleurs, chapeau à l'auteur d'avoir réussi à parler d'immobilier sans nous assommer, c'était sans nul doute, bien dosé. Bref, ses déboires ont réellement commencé dès son inscription sur le gigantesque site Hell.com qui donne son titre au roman, une source pour mille et un évènements frauduleux. Cette communauté dédié aux membres exclusifs...

(démons)

....de ce monde. Petite parenthèse, j'ai sincèrement adorée l'utilisation de cett figure de style. J'aurais voulu vous montrer un extrait, mais c'est difficile de trouver ce qu'on cherche à travers 557 pages. Donc, le moindre que j'ai pu faire, c'est de l'illustrer avec mes propres mots ci-contre. Pour y revenir, cette organisation internationale offrant des services dans tous les domaines de l'illégalité est impressionnante. Il m'est arrivé de penser : et si un truc du genre existait vraiment?

 

Hormis cet élément clé de l'histoire et à peu près tout le reste qui sont, d'un point de vue, dégoûtants, il y une chose que j'ai trouvée particulièrement belle, c'est l'évolution de notre héros. Celle-ci a mené à une fin touchante, mais qui reste, encore là, à couper le souffle. Désolée du langage vulgaire, mais en lisant la dernière page, les premiers mots qui sont venus à mes lèvres sont : «What the fuck?».

 

Pour conclure, globalement, c'est sincèrement réussi. Terrifiant et glauque à souhait, je ne répéterais jamais assez que Sénécal ne manque pas d'imagination et qu'il arrive à nous surprendre toutes les fois.

 

Pour ceux qui l'ont déjà lu, vous comprendrez qu'à chaque fois que je passe devant l'agence de voyage du coin je ris, c'est simple, son nom c'est L'Eden.

 

Ce fut ma 10e lecture du challenge ABC.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article